MISSIONS ONUSIENNES AU CONGO ET AU TCHAD : Les efforts de l’Armée béninoise au maintien de la paix

Les troupes béninoises, à travers les contingents des Nations unies, marquent activement leur présence sur les théâtres d’affrontement dans le monde à partir du milieu des années 90. Une participation de qualité qui résulte d’un processus permanent de formation pour assurer une relève de qualité des contingents engagés notamment au Congo et au Tchad, avec les mandats de la MONUSCO et de la MINURCAT.

Contribuer efficacement aux efforts de retour de la paix. C’est la principale mission des troupes des Forces Armées Béninoises (FAB) engagées dans des opérations de maintien de la paix aux côtés d’autres forces internationales sous la bannière des Nations unies. Pour une efficacité à long terme, les troupes engagées sont relevées périodiquement selon un calendrier établi. L’enjeu est de maintenir les nouveaux contingents dans le même état d’esprit que ceux qui sont déjà sur les champs d’affrontement. Dès lors, le gouvernement du Bénin a fait de leur préparation une priorité. Plusieurs sites d’entraînement pour diverses activités, dont l’instruction-commando, les pistes d’escalade, l’instruction nautique, les exercices de repérage, etc. ont été améliorés à cette fin, avec l’appui de plusieurs pays dont la France, la Belgique et les Etats-Unis.

Les autorités béninoises et les responsables militaires, soucieux de déployer des troupes compétentes, professionnelles et bien formées aux opérations de paix, ont érigé par ailleurs, un centre de formation aux opérations de maintien de la paix (CFOMP) à Cana dans le département du Zou. Ce centre a pour vocation d’offrir de meilleures facilités pour la formation des unités militaires devant être déployées dans les opérations de paix.

Avec le prolongement du mandat jusqu’en mars 2018, la Mission des Nations unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) aura à « adapter ses priorités, sa position et sa présence afin de pouvoir être en mesure d’utiliser tous les outils à sa disposition pour appuyer le processus politique et électoral, contribuer à la protection des civils, faire reculer la menace que représentent les groupes armés et aider aux efforts de stabilisation », souligne le rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la MONUSCO en date du 10 mars 2017.

PLUS DE 1.000 BENINOIS ENGAGES

Les contingents militaires et policiers, des officiers de liaison, des observateurs et officiers d’état-major engagés à titre de relais pour le compte des Forces Armées Béninoises, auront à respecter cette nouvelle orientation de la mission en place depuis le 1er juillet 2010.

En dehors du Congo, les contingents béninois engagés au Tchad sous la bannière de la Mission des Nations unies pour la République Centrafricaine et le Tchad (MINURCAT) subissent les mêmes activités de préparation. La MINURCAT, mise en place le 25 septembre 2007 par la résolution 1778 du Conseil de sécurité des Nations unies, en vue de contribuer à la protection des civils, la promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit ainsi qu’à la promotion de la paix régionale, a pris fin en 2010. Mais, après son retrait, l’équipe de l’ONU pour le Tchad et le Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) sont restés dans le pays pour continuer leur travail en faveur du peuple tchadien.

En dehors de la Constitution du 11 décembre 1990, les résolutions de l’ONU, de l’UA ou de la CEDEAO constituent les instruments juridiques qui permettent le déploiement des troupes béninoises sur les champs de guerre.

Rappelons que plus de 1 000 hommes des forces armées béninoises sont engagés au Congo et au Tchad.