Des états généraux pour améliorer la qualité des soins administrées dans les hôpitaux des armées.


Les états généraux du service de santé des forces armées béninoises sont ouverts ce jeudi 18 Novembre 2021. Ils doivent répondre à l’une des préoccupations majeures de la hiérarchie militaire, à savoir, l’amélioration de la qualité des soins apportées aux militaires, à leurs familles et aux populations. A l’ouverture, le directeur général des services de santé des armées n’a pas porté de gants pour donner la couleur des échanges « lorsqu’on décide d’organiser les états généraux dans un secteur, c’est qu’il existe un mal profond qui mine le fonctionnement de ce secteur et qui le dévie totalement de la mission qui lui a été confié » a laissé entendre le Colonel Felix ATADOKPEDE. Les travaux donneront donc l’occasion d’un débat franc et d’un diagnostic approfondi des forces et faiblesses de ces hôpitaux. Ils déboucheront sur des propositions réfléchies qui remettront les hôpitaux militaires sur les rails conformément des aspirations des politiques et hiérarchies militaires.

Depuis la création dans les années 71 du service de santé des armées du bénin avec comme objectifs le soutien sanitaire des personnels militaires et civils du ministère de la défense, à leurs familles ainsi que la participation à la mise en œuvre de la politique sanitaire nationale, le SSA s’est développé et à connu l’expansion géographique de son champ d’action.

A l’occasion de ces états généraux des services de santé, les séminaristes auront pour mission d’examiner tous les aspects de leurs services qui vont mal, ils examineront également les aspects juridiques et institutionnels, la relecture des textes fondamentaux à la lumière des orientations données par les autorités politico-militaires et autres comme la qualité des ressources humaines et les formations. Dans son discours, le dssa à rappelé l’obsolescence des infrastructures des services de santé, la gestion administrative et financière qui n’est pas à la hauteur des attentes des autorités, l’éthique et la discipline autant de sujets qui seront passés au peigne fin pendant deux jours de réflexions.

Le contre-amiral, Jean Patrick AHO chef d’état-major général des forces armées béninoises représentant le ministre de la défense, va inviter pour sa part les participants à la sincérité dans les débats, l’absence de passion dans les débats et la neutralité dans les solutions proposées qui seront selon lui les ingrédients qui leur permettront d’atteindre les objectifs. Citant l’allégorie de la jarre trouée du roi Ghézo, le général demande aux séminaristes d’avoir recours aux compromis si possibles afin de rendre performant le « bien commun qu’est le service de santé des armées » Plusieurs communications sont au programme. Elles porteront entre autres sur le leadership en milieu militaire, états des lieux du service de santé des armées, ou la loi 2020-19 et la carrière du personnel militaire de santé.

Laisser un commentaire