Des certificats de participation décernés à plus d’une vingtaine de guetteurs sémaphoriques, les opérateurs du centre de commandement des opérations maritimes de Cotonou, de la préfecture maritime et du centre multinational de coordination de la zone E. Ils viennent d’être outillés sur le réseau d’échange d’information entre les centres de l’architecture de yaoundé et du logiciel « yaris « . L’un des Objectifs est d’offrir au Bénin, une meilleure surveillance et de gestion de son espace maritime.

D’après le capitaine de vaisseau et préfet maritime, l’insécurité maritime se confirme de jour en jour comme l’une des menaces persistantes à la stabilité des Etats riverains du golfe de guinée. Les organisations criminelles utilisent, l’immensité des espaces maritimes pour y mener leurs activités, jouant ainsi sur l’extrême difficulté d’une surveillance permanente. Il s’agit en l’occurrence des trafics de drogues et d’armes, d’êtres humains, le rejet des déchets interdits et autre. Pour contrer ce phénomène, il faut mutualiser les compétences d’où cette formation avancée sur la plateforme du système yaris.

Développée en partenariat entre le projet européen GoGIN et les responsables de l’architecture de yaoundé, avec le soutien de l’union européenne, elle a pour objectif, d’après le colonel Fernand Ayoho, de permettre au personnel des centres d’utiliser « yaris » dans un contexte opérationnel. Elle permettra à nos guetteurs sémaphoriques dira t-il, non seulement d’être les yeux des autorités en mer, mais aussi de coordonner les opérations en situation de crise.

Les bénéficiaires ont pris l’engagement de se perfectionner davantage et d’en faire bon usage pour la sécurité maritime au bénin.
Une démonstration a permis à l’assistance d’être plus éclairé sur les performances de la plateforme yaris. Rappelons que le centre interrégional de coordination organise pour très bientôt la réunion préparatoire des représentants des marines du golfe de guinée.

Laisser un commentaire